ANICIO ZORZI GIUSTINIANI, TÉNOR
MARIE-CLAUDE CHAPPUIS, MEZZO
CLÉMENCE HIRT, PIANISTE
JÉRÔME KUHN, DIRECTION, PIANISTE
MARIE-CLAUDE CHAPPUIS, MEZZO
CHOEUR DU COLLÈGE DE STE-CROIX

Schubert, Schumann, Brahms, Fauré, Harvey

Ven 12.08
Aula du Collège Sainte-Croix | 20:30

Rue Antoine-de-Saint-Exupéry 4, 1700 Fribourg

ANICIO ZORZI GIUSTINIANI est né à Florence, en Italie. Violoniste pendant de nombreuses années dès son plus jeune âge, il s'est tourné vers le chant peu de temps après. Ses études de chant ont commencé au Conservatorio Luigi Cherubini de Florence, puis sous la direction de Fernando Cordeiro Opa et Silvia Bossa. Il a fait ses débuts de chanteur au Teatro della Pergola de Florence en 2001 en tant que soliste dans le Te Deum de Charpentier. Il s'est distingué dans de nombreux concours, notamment au 6e concours international de musique sacrée à Rome et au 39e concours international de chant Toti Dal Monte à Trévise pour le rôle masculin principal dans "La Vera Costanza" de Haydn. Il a ensuite débuté cet opéra dans les théâtres de Madrid, Trévise, Reggio Emilia et Liège sous la baguette de Jesús López-Cobos.

Il a interprété de nombreux rôles principaux dans les grandes maisons d'opéra internationales, notamment : Così fan tutte, Ferrando, et Don Giovanni, Don Ottavio, de Mozart, et Il Barbiere di Siviglia, Conte Almaviva, de Rossini, au Teatro La Fenice ; I Capuleti e i Montecchi, Roméo (version ténor) de Bellini, au Royal Opera House de Muscat ; Betulia Liberata, Ozìa, de Mozart, sous la direction de Riccardo Muti, au Festival de Salzbourg et au Festival de Ravenne ; I Due Figaro, Il Conte Almaviva et Torribio de Mercadante, avec Riccardo Muti au Teatro Real de Madrid, au Festival de Salzbourg, au Festival de Ravenne et au Teatro Colon de Buenos Aires ; Die lustige Witwe, Camille de Rossillon de Lehar, au Teatro Filarmonico di Verona et au Teatro Petruzzelli de Bari ; Alcina de Handel, Oronte, à l'Opéra des Nations à Genève ; Die Zauberflöte, Tamino, à l'Opéra Royal de Wallonie à Liège, au Teatro La Fenice et au Teatro Verdi à Salerne ; Giove in Argo de Handel, rôle titre, au Theater an der Wien à Vienne ; Don Pasquale de Donizetti, Ernesto, à La Monnaie de Bruxelles ; Alceste de Gluck, Evandro, pour le Festival Ruhrtriennale avec René Jacobs ; Orfeo de Monteverdi à Lausanne dans une nouvelle production de Robert Carsen ; Il Matrimonio segreto de Cimarosa, Paolino, à Nancy, Opéra National Lorraine.

Il a travaillé avec des chefs d'orchestre importants tels que Riccardo Muti, Michele Mariotti, Alessandro De Marchi, Paolo Arrivabeni, Marc Minkowski, Emmanuelle Haim, Alain Altinoglu, Ivor Bolton, Pietro Rizzo, Hubert Soudant, Jeffrey Tate, Stefano Montanari, Ottavio Dantone, René Jacobs, Leonardo Garcia Alarcòn, Antonello Manacorda, Jesùs Lopez Cobos, Fabrizio Maria Carminati ; et des metteurs en scène tels que Robert Carsen, Damiano Michieletto, Laurent Pelly, Graham Vick, Emilio Sagi, Gabriele Lavia, Arnaud Bernard, Tobias Kratzer, David Bösch.

A enregistré pour : Deutsche Grammophon (Ezio de Haendel, sous la direction d'Alan Curtis), Emi Virgin (Berenice, Giove in Argo et Ariodante de Haendel, sous la direction d'Alan Curtis), Glossa (Il ritorno di Ulisse in patria, rôle titre, de Monteverdi, sous la direction de Claudio Cavina et Morte e sepoltura di Cristo de Caldara, sous la direction de Fabio Biondi), Bongiovanni (Il conte Policronio de Moneta), Hyperion (Le disgrazie d'amore de Cesti), Ducale music (I due Figaro de Mercadante, dirigé par Riccardo Muti), Naxos (Tebaldo e Isolina de Morlacchi, dirigé par Antonino Fogliani), Dynamic (Artaserse de Hasse).Parmi ses engagements récents et à venir, citons : Così fan Tutte de Mozart, Ferrando, à Drottningholm, Versailles et Bucarest avec Mark Minkowski et à Lille avec Emmanuele Haim ; Don Giovanni de Mozart, Don Ottavio, à l'Opéra de Lausanne, à La Fenice et à l'Opéra de Rome ; Il ritorno di Ulisse in Patria, Telemaco et Giove de Monteverdi, en tournée européenne avec René Jacobs ; Falstaff à Chicago avec le Chicago Symphony Orchestra dirigé par Riccardo Muti ; Alcina, Oronte de Haendel, à Montecarlo, Toulouse, Versailles avec Philippe Jaroussky et Ottavio Dantone et à Genève et au Festival de Glyndebourne ; Lucrezia Borgia, Gennaro, à Sankt Gallen dans une mise en scène de Tobias Kratzer ; Le cinesi de Gluck au Palau de les Arts à Valence avec Fabio Biondi, Europa Galante ; Don Pasquale, Ernesto, à Bruxelles, à La Monnaie et à la Maestranza de Séville ; Idoménée de Mozart, Idamante, au Teatro Real de Madrid ; Die lustige Witwe de Lehar, Camille de Rossillon, au Teatro San Carlo de Naples.

JÉRÔME KUHN effectue ses études à la Haute Ecole de musique de Lausanne-Fribourg, où il obtient le prix de musique contemporaine. Il se perfectionne en direction auprès de chefs de renom et en 2010 il co-fonde, en Suisse, la compagnie Opéra Louise avec le metteur en scène Julien Chavaz.

En 2012 il est nommé chef principal de l'Orchestre Philharmonique de Prague, puis du Prague Symphonic Ensemble PSE la saison suivante, poste qu'il occupe à ce jour. Il est également directeur musical de l'ensemble vocal de Villars-sur-Glâne ainsi que chef invité du NOF-Nouvel Opéra Fribourg.

Lors de la saison 2018-19, Jérôme Kuhn dirige l'Academy of Ancient Music (Cambridge, UK) et enregistre différentes bandes sonores et CD pour la télévision (HBO), le Puy du Fou, Mireille Mathieu, Siddhartha l'opéra Rock, Coca-Cola entre autres. Récemment, il collabore avec différents compositeurs dont Gerald Barry (Importance of being Earnest) et Richard Harvey (Little Prince). Lors de la saison 2021-2022 il dirige Powder her Face de Thomas Adès pour le NOF.

MARIE-CLAUDE CHAPPUIS chante sous la direction des plus grands chefs: Riccardo Chailly, Daniel Harding, Emmanuelle Haïm, Nikolaus Harnoncourt, René Jacobs, Zubin Mehta, Riccardo Muti, Sir Roger Norrington, Jonathan Nott, Christophe Rousset, pour n’en citer que quelques-uns.

Elle fait ses études d’art lyrique au Conservatoire de sa ville natale, Fribourg, puis au Mozarteum de Salzbourg. Après un passage en troupe à l’Opéra d’Innsbruck (sous la direction de Brigitte Fassbaender), elle se produit sur les scènes les plus prestigieuses.

Parmi les productions qui ont jusqu’ici jalonné sa carrière, citons en particulier Idomeneo (Idamante) à Graz et à Zürich dirigé et mis en scène par Nikolaus Harnoncourt, Il Matrimonio Inaspettato de Paisiello (Contessa) au Festival de Salzbourg, sous la direction de Riccardo Muti, La Damnation de Faust (Marguerite) à Leipzig sous la direction de Sir Roger Norrington et L’incoronazione di Poppea (Ottavia) au Staatsoper Berlin et au Théâtre royal de La Monnaie à Bruxelles, pour ne citer qu’une de ses nombreuses collaborations avec René Jacobs.  Elle s’est par ailleurs produite au Theater an der Wien, à la Scala de Milan, au Teatro Real à Madrid, à l’Opéra de St Gall et au Grand Théâtre de Genève.

Egalement très active au concert et en récital, Marie-Claude Chappuis s’est dernièrement produite avec l'Orchestre de la Suisse Romande, le Giardino Armonico, le New Japan Philharmonic, le London Philharmonic Orchestra et l'Orchestre du Maggio Musicale Fiorentino.

Elle sera prochainement au Maggio Fiorentino pour la 9ème de Beethoven dirigée par Zubin Mehta, au Prinzregententheater de Munich pour les Folks Songs de Berio dirigés par Enrico Onofri et à l’opéra de Versailles dans le rôle-titre d’Orfeo sous la baguette de Vaclav Luks.

Sa riche discographie comprend notamment La Passion selon Saint Matthieu sous la direction de Riccardo Chailly (Decca), La Clemenza di Tito (Annio) avec René Jacobs (Harmonia Mundi), Idomeneo (Idamante) avec Nikolaus Harnoncourt (DVD), la Brockes-Passion de Telemann et le Requiem de Mozart avec René Jacobs (Harmonia Mundi, 2017), la Neuvième Symphonie de Beethoven avec Giovanni Antonini (Sony, 2018) ainsi qu'un album solo avec le luthiste Luca Pianca ("Sous l'empire d'Amour", Deutsche Harmonia Mundi, 2017) et un album consacré aux chants populaires suisses ("Au coeur des Alpes“, Sony Classical, 2018). En préparation, la Messe en Si de J.S. Bach avec l'Akademie für alte Musik Berlin, le RIAS Kammerchor et René Jacobs (pour le label Harmonia Mundi

CLÉMENCE HIRT pianiste d’origine fribourgeoise, Clémence Hirt s’est spécialisée dans l’accompagnement vocal et exerce une intense activité de co-répétitrice et coach vocal dans toute la Suisse.

Elle a étudié auprès de Marc Pantillon à la HEM de Genève, site de Neuchâtel, où elle obtient un Bachelor en 2014.  Deux ans plus tard, un Master de piano en pédagogie à la Zürcher Hochschule der Künste ainsi que, en 2019, un Master en interprétation spécialisée, dans les classes de Eckart Heiligers (piano et musique de chambre) et de Christoph Berner (Lied) viennent compléter sa formation. Elle a suivi des cours de maître avec notamment Finghin Collins, Christian Favre, Philippe Tamborini ainsi que Jospeh Breinl, Helmut Deutsch et Anne Le Bozec pour le Lied. Elle se perfectionne ensuite auprès de Erna Ronca ainsi que Enrico Cacciere, co-répétiteur de l’Opéra de Zürich. 

Amatrice de musique d’ensemble, Clémence Hirt accompagne régulièrement des choeurs et des musiciens. Son amour pour le répertoire vocal l’amène à travailler régulièrement et intensivement avec le ténor Remy Burnens (Duo Dalùna), la mezzo-soprano Cassandre Stornetta et la soprano Sandrine Droin (Duo Quiproquo). Elle a également participé à des projets en tant que pianiste d’orchestre (Missa Gallica de Bernard Lallement en 2009, Cantate St-Nicolas de Benjamin Britten en 2011, Die Sieben Todsünden de Kurt Weill en 2013) et pianiste de scène, notamment avec la Compagnie Fri’Bouffes, qu’elle a co-fondé en 2011.

DriveIn_Festival_LOGO.png